2166R.513-7 CMF

R.513-7 CMF

  • La société de crédit foncier assure à tout moment la couverture de ses besoins de trésorerie sur une période de 180 jours, en tenant compte des flux prévisionnels de principal et intérêts sur ses actifs ainsi que des flux nets afférents aux instruments financiers à terme mentionnés à  L.513-10.

    Le besoin de trésorerie est couvert par :

    1° Des actifs liquides de niveau 1, 2A ou 2B tels que définis dans les articles 10, 11 et 12 du règlement délégué (UE) 2015/61 du 10 octobre 2014, qui sont valorisés conformément à ce règlement et qui ne sont émis ni par la société de crédit foncier, ni par son entreprise mère, à moins qu’il ne s’agisse d’une entité du secteur public au sens de l’article 116 du règlement (UE) n° 575/2013 du 26 juin 2013 qui n’est pas un établissement de crédit, ni par une filiale de son entreprise mère, ni par un organisme de titrisation ou une entité similaire soumise au droit d’un Etat membre de l’Union européenne avec laquelle elle a des liens étroits ;

    2° Des expositions à court terme sur des établissements de crédit, s’ils bénéficient du meilleur ou deuxième meilleur échelon de qualité de crédit établi par un organisme externe d’évaluation de crédit reconnu par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution conformément à l’article L. 511-44, ou des dépôts à court terme auprès d’établissements de crédit bénéficiant du meilleur échelon de qualité de crédit, du deuxième meilleur ou troisième meilleur échelon de qualité de crédit établi par un organisme externe d’évaluation de crédit reconnu par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution conformément à l’article L. 511-44.

    Les créances non garanties et jugées en défaut, conformément à l’article 178 du règlement (UE) n° 575/2013 du 26 juin 2013, ne peuvent pas participer à la couverture des besoins de trésorerie.

    Lorsque l’actif de la société de crédit foncier, hors actifs liquides et expositions à court terme sur des établissements de crédit, comprend des créances garanties en application des articles L. 211-36 à L. 211-40, L. 313-23 à L. 313-35, et L. 313-42 à L. 313-49, il est tenu compte, pour l’évaluation des besoins de trésorerie, non des flux prévisionnels des créances inscrites à l’actif de la société de crédit foncier, mais de ceux résultant des actifs reçus à titre de garantie, en nantissement ou en pleine propriété.

    Pour les obligations foncières dont la date d’échéance est prorogeable, le calcul des flux prévisionnels de principal peut être fait sur la base de la date d’échéance prorogée conformément aux modalités contractuelles de l’obligation foncière.